La pièce du haut du mazet s'ouvre sur l'extérieur par une porte-fenêtre
Expériences,  Rénovation mazet

Opération Mazet – épisode 1 : Acheter un mazet

Le mot “mazet”, il y a des chances que plusieurs d’entre vous ne sachent même pas ce que cela veut dire. C’est un terme du Sud, utilisé uniquement dans le Languedoc (Gard, basses Cévennes, Hérault) pour désigner un petit bâti agricole de pierres sèches, qui servait autrefois à abriter les paysans et les bêtes en cas d’intempéries, ou à ranger les outils.

Les mazets (ou « casots », dans les Pyrénées-Orientales) ressemblent à de jolies petites maisons rustiques posées au milieu des champs de vignes, de lavande ou de luzerne. J’ai toujours eu envie de faire un livre photo sur ces constructions minuscules qui me rappellent tant le monde merveilleux des cabanes

Sans grande surprise, les mazets ont depuis quelques années été pris d’assaut par les habitants des villes pour constituer de ravissants pieds-à-terre à la campagne, à moindre frais. Un peu comme l’ont fait en leur temps les cabanons de pêcheurs de l’ile de Ré ou ceux d’Oléron. Que voulez-vous, les cabanes sont devenues chics…

Quand la ville se fait prison

Depuis plusieurs années, j’habite en centre-ville de Montpellier avec mon compagnon Julien et Yumi, mon irremplaçable minette. Nous vivons dans un petit duplex trois-pièces dans un adorable quartier authentique qui a des airs de village à la ville et qui s’appelle le quartier des Beaux-Arts. 

Les murs sont en pierre par endroits, et le reste a été entièrement rénové par nos soins, pendant 6 longs mois de travaux acharnés. L’appartement fait 57m2, avec son salon-cuisine, sa petite salle de douche de 4m2, ses deux chambres et sa courette fleurie. Il a la particularité d’être très long et étroit, ce qui nous donne l’impression de vivre sur une péniche. Tout est optimisé et tout est à portée de main, à l’instar des appartements japonais.

Notre appartement de centre ville à Montpellier
Notre appartement-péniche de centre ville à Montpellier dans le quartier des Beaux-Arts

Vivre comme dans un bateau, ça me va bien. J’ai connu ça pendant un an avec Grégal, mon bien-aimé voilier de jadis (qui appartient désormais à Armelle et Etienne). Je n’ai pas besoin de plus de place pour l’instant. Et pourtant…

Avec les confinements successifs de 2020, vivre à la ville n’a soudain plus eu le même intérêt. Ce qui autrefois nous semblait une liberté — pouvoir sortir à pied pour aller au restaurant, boire un verre, faire ses courses au marché — nous a semblé dès lors avoir l’effet inverse.

Vivre en ville confinés sans accès à un petit coin de nature ou un petit jardin avec de l’herbe, est vite devenu un sacerdoce. Ou une maison-prison (même s’il y a des prisons pires que d’autres).

Notre terrasse dans notre appartement de Montpellier centre ville
Notre petite terrasse de ville à Montpellier est sise entre des murs, alors j’ai entrepris d’y cultiver un jardin vertical

Julien est un amoureux de la montagne qui ne se sent bien que lorsqu’il crapahute sur les cimes et moi, je suis une femme de la forêt, qui recharge mes énergies au contact des arbres et des rivières

Vivre en ville, c’était être près du bureau, et à l’époque, en tant qu’entrepreneuse, je rentrais souvent après 20 heures. À ce moment-là, j’étais contente de ne pas avoir à faire 30 minutes de route supplémentaires le soir pour rentrer chez moi.

Mais le confinement a tout changé. L’alpiniste et l’elfe des bois se sont sentis dépérir. Même Yumi a pris de l’embonpoint…

Il fallait réagir.

Yumi, notre chatte, a pris de l'embonpoint ces derniers temps...
Yumi, notre chatte, a pris de l’embonpoint ces derniers temps…

Quand l’univers nous aide à trouver notre bonheur

Au moins d’avril 2020, j’ai lancé sur mon téléphone une recherche sur Le Bon Coin dans l’intention plus ou moins vague d’acheter un mazet. Voilà plusieurs années que je lorgnais sur cette perspective de résidence secondaire de poche en guise de pied-à-terre à la campagne.

Pourquoi un mazet, me direz-vous ? Parce que le mazet, c’est la cabane ultime, bien avant la mode des “tiny houses” ! C’est déjà une construction qui est belle, parce qu’elle est authentique. La plupart des mazets ont été construits au début du XXe siècle, voire même avant. 

Ensuite, parce que selon la région, le mazet se situe soit sur une colline dégagée, soit au fond d’une forêt de châtaigniers cultivée en terrasses, soit au beau milieu d’un champ de vignes qui s’étend à perte de vue…

Un mazet au milieu des vignes
Un mazet au milieu des vignes. Crédit photo : Christian Ferre via Flickr

J’avais exactement en tête tout ce que je voulais pour cet endroit : une nature sauvage mais accueillante, un environnement ensoleillé bordé de splendides paysages, des vieilles pierres, des arbres, et… une rivière. Si possible, j’ajoutais mentalement “une vue dégagée”.

Comme c’est souvent le cas quand on commence un travail de visualisation précis pour ce que l’on souhaite, l’univers s’est mis à travailler à mes côtés pour les recherches.

Par hasard, un weekend, je suis tombée sur une annonce alléchante : un très joli mazet était présenté à la vente, au milieu d’un champ baigné de lumière et bordé d’arbres. D’une surface de 20 mètres carrés au sol et 20 mètres carrés à l’étage, alimenté en électricité et en eau, une rénovation impeccable, 6200 m2 de terrain, et… une rivière qui coule en bordure ! Les photos étaient incroyables. Le prix de vente était de “seulement” 33 000 euros (pour ce prix, souvent, vous trouvez 1000 mètres carrés de lande en friche et une maison en ruine…). Il fallait qu’on appelle l’agence immobilière sans plus attendre.

Le mazet de Prémian dans son écrin de verdure
Le mazet de Prémian dans son écrin de verdure

Mais nous étions un samedi après-midi et la-dite agence immobilière était fermée…

Pour savoir quelles questions judicieuses nous allions devoir poser, Julien a eu l’idée d’appeler un ami, Vincent, qui possède un mazet qu’il retape avec amour depuis plusieurs années. Il y vit même plusieurs mois par an, heureux comme un pape à couper son bois et entretenir son terrain dans la forêt.

Intarissable de gentillesse et de conseils avisés, Vincent nous a expliqué que la “chasse aux mazets” était impitoyable, que les biens étaient courus et que la négociation était presque impossible. Il nous a demandé quel annonce nous intéressait. Nous lui avons indiqué que nous avions repéré un joli mazet à Prémian, dans le Haut-Languedoc, à une heure et demie de Montpellier.

La porte-fenêtre du mazet et le chêne qui surplombe la terrasse
Ensevelie dans les ronces, la terrasse du mazet côté Est sur laquelle donne la porte-fenêtre est surplombée par un vieux chêne

“Mais je le connais, ce mazet !” s’est exclamé Vincent. Quand je cherchais à acheter le mien, il y a 3 ans, celui-ci était à vendre et j’étais allé le visiter. Il a dû retourner à la vente depuis. 

Une synchronicité que nous avons saisie au vol.

Vincent nous a indiqué précisément sur Google Maps où le mazet se trouvait. Le lendemain, un dimanche d’avril au temps radieux, nous roulions fenêtres ouvertes vers Prémian.

Quand c’est le mazet qu’il nous fallait

Pour les Montpelliérains qui ne connaîtraient pas la route (D 908) qui va de Bédarieux aux contreforts du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc en passant par Lamalou-les-Bains et les gorges d’Héric, allez-y, de grâce ! C’est l’un des plus beaux coins de l’Hérault, si ce n’est le plus beau.

La route serpente entre des villages gracieux et préservés, et sur le flanc nord, se dresse le splendide massif montagneux du Caroux, où nous aimons tant aller randonner.

Prémian se situe juste après Olargues, un adorable village perché classé parmi les plus beaux villages de France.

Le village d'Olargues en Haut-Languedoc, classé parmi les plus beaux villages de France
Le village d’Olargues en Haut-Languedoc, classé parmi les plus beaux villages de France

Le point GPS de Vincent sur la carte se trouve être exact. Nous parvenons à trouver le chemin communal qui descend vers la rivière, nous traversons une parcelle plantée de vieux arbres fruitiers et nous arrivons au mazet.

Immédiatement, c’est le coup de cœur. La petite maison trône au milieu d’un champ. À cent mètres devant elle, la rivière coule, gouleyante et bondissante. Derrière, un terrain en terrasse où s’étalent pins et châtaigniers. Sur le côté, quelques pieds de vieilles vignes abandonnés, témoignant du passé viticole de la bâtisse, et des genêts caractéristiques d’un paysage languedocien.

La rivière Le Jaur dans le Haut-Languedoc qui passe devant notre mazet à Prémian
Le Jaur photographié depuis notre terrain, à une centaine de mètres du mazet : une rivière sauvage et superbe !

Bien sûr, le mazet est fermé à clé, on ne peut pas voir à quoi ressemble l’intérieur. À son flanc, une petite terrasse est envahie par les ronces et un vieux chêne garde un œil sur la porte d’entrée.

Bien sûr, la route assez proche nous porte plus ou moins fort le bruit des voitures et des motos qui accélèrent en sortie de virage… Mais c’est selon le vent, et ce serait difficile de trouver plus parfait.

Je trépigne.

Nous rentrons à Montpellier des étoiles plein les yeux.

Quand le fameux mazet manque de nous passer sous le nez

Le lundi, j’appelle l’agence immobilière. Elle m’indique qu’elle a été inondée d’appels et qu’elle a reçu plus d’une centaine d’emails en trois jours pour ce mazet. Des visites sont prévues pour toute la semaine, nous ne pourrons pas le voir avant lundi prochain…

Je raccroche en lui demandant de me prévenir si elle avait le moindre désistement dans la semaine.

Je cogite et pour une fois, moi qui suis si lente à prendre des décisions, moi l’éternelle indécise devrais-je dire, tout est clair dans ma tête. Je rappelle l’agence dans la foulée et lui déclare : “Annulez vos visites, nous achetons le mazet au prix”. 

La rivière Le Jaur à Prémian dans le Haut Languedoc au mois d'avril
Le Jaur au mois d’avril : une jolie rivière sauvage et préservée du Haut-Languedoc

L’agent immobilier qui répond au nom de Karine est interloquée. Je lui explique que nous connaissons le coin et que nous avons visité l’extérieur hier.

Elle acquiesce et me dit qu’elle annulera toutes ses visites à la réception de notre offre d’achat écrite. Je la lui envoie dans la minute. J’apprendrais plus tard que des gens ont été très mécontents, qu’ils ont proposé de surenchérir mais que Karine a des principes : première offre d’achat, premier servi. Ces principes honorables nous auront évité bien des déconvenues.

Trois jours plus tard, nous allons visiter l’intérieur du mazet. Il est ravissant. La pièce principale en bas où se trouve la cuisine comporte une veille table en bois, un buffet de grand-mère, un petit évier et une cuisinière au gaz.

Intérieur du mazet pièce principale avec buffer de cuisine et table en bois
L’intérieur du mazet et la pièce principale : rustique mais fonctionnelle, avec son buffet, sa table en bois et ses grandes portes fenêtres

Le poêle à bois dans son jus chauffe aussi l’étage par le conduit d’évacuation qui rejoint le toit. Au sol, des carreaux rustiques rouille et blanc donnent le ton. À l’intérieur, pour le coup, il n’y a pratiquement rien à rénover, en tout cas, nous n’aurons pas à nous lancer dans des travaux de gros œuvre.

Le poêle à bois du mazet de Prémian
Le poêle à bois du mazet n’est pas tout jeune, mais il est encore bien fonctionnel !

À l’étage, la chambre. On y monte par un escalier de meunier mais on peut aussi y accéder par l’extérieur via une grande porte-fenêtre. Il y a un grand lit double, et deux lits superposés. L’agent immobilier nous signale que le propriétaire laissera tous les meubles… Simples, mais campagnards. Au fond de la pièce, le propriétaire a installé une douche et un petit chauffe-eau pour avoir de l’eau chaude, le luxe !

La pièce du haut du mazet avec ses lits et sa douche
La pièce du haut ou « la chambre » telle que nous l’avons visitée en avril 2020 : il y a la place pour un grand lit, plusieurs lits superposés et une douche avec chauffe-eau, le luxe !

Nous nous félicitons de notre décision d’achat. 

Les prochaines étapes seront de signer le compromis de vente, et de trouver un financement. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Le mazet ensoleillé dans sa prairie à Prémian, Haut-Languedoc

Pssst ! Ça vous a plu ? Notez !

/ 5.

(Visited 790 times, 4 visits today)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

4 commentaires

    • mel

      Trop mignon ce mazet.

      Moi qui vit à Paris dans un 20 m² à 1 000€ par mois, avec le bruit de la circulation, la pollution, la chaleur estivale intenable…
      Je rêve d’un petit mazet comme ça.
      Pas besoin de grand, un coin de nature calme, reposant, ce serait le paradis..
      Peut-être qu’un jour je sauterais le pas, en cas de reconversion professionnelle.

      Mais tout ce qui est en pierre me faire craquer, ça a tellement de charme.

      • Aude

        Je compatis Mel, et suis sûre que vous trouverez votre bonheur en pierres loin du tumulte de la vie parisienne ! Autre avantage d’être habitué à vivre dans de petits espaces : on peut plus facilement trouver le mazet de ses rêves 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares