Vue sur la route ocre et la rivière ourika dans la vallée Ourika, Maroc
Expériences,  Maroc,  Treks & Randonnées,  Voyages

Vallée de l’Ourika : à la rencontre des villages berbères et des cascades du Haut-Atlas

La route caillouteuse serpente à travers les montagnes rouges et l’air commence à se rafraîchir. Ça et là, des maisons aux toits plats couleur terre émergent des genévriers et des chênes verts, blotties dans des hameaux à flanc de colline. En arrière-plan, le ciel, d’un bleu immense, avec ses grappes de nuages blancs, et les montagnes du Haut-Atlas, coiffées de neiges éternelles.

La vallée de l’Ourika au Maroc se situe à seulement 40 km au Sud de Marrakech, mais ces 40 km suffisent à vous transporter ailleurs, l’espace d’une journée, loin de l’agitation de la ville, dans un oasis de quiétude et de fraîcheur qui invite au dépaysement. Les massifs du Haut-Atlas tout autour grimpent jusqu’à 4000 mètres, offrant à chaque perspective la blancheur de leurs sommets immaculés.

Où que se porte votre regard, les paysages extraordinairement contrastés de cette région ne sont que rouge, bleu, vert et blanc. En fond de vallée, l’oued Ourika creuse la roche de ses eaux vives. La route poussiéreuse continue et s’enfonce un peu plus dans les montagnes, jusqu’au village de Setti Fatma, dernier village berbère de la région. Après lui, la route s’arrête, et l’aventure commence.

Vallée de l’Ourika : comment s’y rendre ?

Pour des voyages authentiques qui favorisent le contact avec les gens sur place, je suis évidemment davantage partisane des excursions en autonomie, avec utilisation de transports publics et immersion totale (marche, camping, hébergement chez l’habitant).

Paysage de la vallée de l'Ourika sur fond de ciel bleu
Des roches et montagnes ocres, de la végétation verdoyante et un magnifique ciel bleu, typiques de la vallée de l’Ourika

Pour autant, lorsque j’étais à Marrakech, il y avait eu (chose rarissime) une agression de deux jeunes touristes alors qu’elles campaient dans le Haut Atlas marocain et on m’a alors très fortement déconseillé de partir randonner seule à cette période.

Je me suis donc tournée vers une journée d’excursion organisée par une agence de voyage (= un minuscule bureau dans la médina, tapissé de photos jaunies avec un panneau à double abattant bien en vue sur le trottoir, annonçant les prix des excursions en grosses lettres), pour me joindre à un petit groupe de touristes.

Vue sur la rivière Ourika avec chaîne des montagnes du Haut-Atlas en fond
Vue sur la rivière Ourika avec chaîne des montagnes du Haut-Atlas en fond

À Marrakech, plusieurs tour-opérateurs vous proposent, pour un prix autour d’une vingtaine d’euros en moyenne, des excursions à la journée dans l’arrière-pays. En un sens, la logistique est facilitée. Pour autant, vous verrez que sur place, il est très facile d’utiliser les bus collectifs locaux pour se rendre, pour à peine quelques euros, à peu près n’importe où.

J’ai spontanément éliminé l’option de la promenade en quad ou en dromadaire aux portes du désert (tellement artificiel), je suis aussi passée sur les cascades d’Ouzoud (à priori splendides mais très fréquentées). J’aurais absolument rêvé visiter la séculaire et recluse vallée des Aït Bougmez mais avec plus de 4 heures de route pour s’y rendre, c’était trop juste pour la journée que j’avais.

Homme en djellaba sur un chemin montagneux dans la vallée de l'Ourika au Maroc, avec village berbère en fond
Dans la vallée de l’Ourika, les berbères ont conservé un mode de vie authentique et montagnard

Il me restait Imlil, village berbère aux portes du Haut Atlas sur les flancs du majestueux Toubkal, ou la vallée de l’Ourika, riante et ponctuée de rivières et cascades sur fonds de montagnes de terre rouge. Mon choix d’excursion s’est porté sur Ourika, pour des questions de timing.

Le départ se fait aux portes de Marrakech. On atteint le village de Setti Fatma, situé tout au fond de la vallée de l’Ourika, en environ 1 heure 30 de voiture. Le chauffeur n’est pas avare de commentaires et nous livre des anecdotes sur à peu près tous les lieux que nous traversons.

Visite d’une coopérative féminine de production d’huile d’argan

Selon le choix d’excursion, plusieurs types de visites vous seront proposées. Visite du jardin bio-aromatique de l’Ourika, visite d’une maison berbère traditionnelle, visite de l’écomusée berbère, visite d’une fabrique de tapis…

En milieu de matinée, en ce qui nous concerne, on s’arrête pour visiter une fabrique d’huile d’argan tenue par une coopérative de femmes. On nous montre comment les noix de l’arganier sont lentement broyées à la main dans des meules en pierre qui laissent s’échapper une pâte couleur caramel qui servira de base à l’extraction de la précieuse huile d’or, l’huile d’argan. Huile qui porte bien son nom car la demande est croissante depuis les dix dernières années et qu’elle s’arrache… à prix d’or.

Coopérative de femmes pour la production d'huile d'argan au Maroc
Coopérative de femmes pour la production d’huile d’argan au Maroc. Source : Pexels

Les coopératives de femmes ont une véritable fonction sociale au Maroc. Dans la vallée de l’Ourika, elles sont un important facteur d’émancipation pour les femmes berbères dans une région où l’analphabétisme est encore très répandu.

Proposant des conditions de travail équitables, dans une cadre solidaire, elles permettent à ces femmes parfois en situation difficile de gagner une autonomie financière.

Il est toujours un peu délicat de juger de l’authenticité de certains lieux de production qui sont devenus touristiques, et donc de cette coopérative en particulier, tant la visite avec guide est bien rôdée et les prix… assaisonnés.

Maisonnette bleue sur le chemin des 7 cascades, Setti Fatma, Maroc
Maisonnette bleue sur le chemin des 7 cascades, Setti Fatma, Maroc

Bon à savoir également, l’huile d’argan n’est pas à proprement parler une spécialité de la vallée de l’Ourika. Elle est surtout produite aux portes du désert, plus au Sud, dans la plaine de Souss-Massa, à l’Ouest d’Ourarzazate et en remontant jusqu’à Essaouira.

Cascade de Setti Fatma au Maroc, dans la vallée de l'Ourika au Maroc
Vue sur l’une des 7 cascades de Setti Fatma

Déjeuner au bord de la rivière Ourika

Après la visite de la coopérative, nous remontons en voiture jusqu’au bout de la route. Village berbère ou pas, les marocains savent tirer parti de leur patrimoine touristique et Setti Fatma ne fait pas exception.

La route longe la rivière Ourika, avec ses nombreux ponts artisanaux fabriqués en rondins de bois. Le lit de la rivière s’agrandit petit à petit et une myriade de petites tables commencent à apparaître au bord de l’eau.

Pont en bois sur la rivière Ourika, Maroc
Les ponts en bois construits par les villageois dans la vallée de l’Ourika ont des airs de ponts suspendus d’aventuriers

Si vous voyagez avec une agence, on vous proposera aimablement de vous diriger vers l’un des restaurants à touristes en bord de rivière avec lequel votre chauffeur a un accord pour prendre la formule du déjeuner à… 120 Dirhams.

Aude avec chapeau dans la vallée de l'Ourika

Un peu indisciplinée et préférant m’extraire du groupe, je choisis un restaurant un peu plus loin, “Azizal”. L’accueil par le jeune homme qui tient l’établissement avec son père est des plus cordiaux. Je m’installe sur l’une des deux petites tables simples qui jouxtent le restaurant, et j’évite la tonnelle réservée aux touristes, de l’autre côté de la route, avec vue sur la rivière.

Deux chaises en fer devant le salon de thé chez Aicha au Maroc, vallée de l'Ourika
Dommage que le salon de thé “Chez Aicha” de Setti Fatma n’était pas ouvert quand j’y suis passée

Je mange un tajine végétarien tout à fait exceptionnel dont le patron du lieu m’assure que tout est du jardin : petits pois, pommes de terres, courgettes, fruits frais et fruits secs. Le plat est accompagné d’une salade marocaine et d’un dessert maison, le tout pour 60 Dirh. À bon entendeur.

La randonnée des 7 cascades de Setti Fatma

Cascade dans la vallée de l'Ourika
L’une des 7 cascades de la randonnée de Setti Fatma dans la vallée de l’Ourika

Setti Fatma est le point de départ de nombreuses randonnées. Si vous êtes venus en voiture par vos propres moyens, ou si un taxi vous a déposé·e, il peut être vraiment très intéressant de passer une ou plusieurs nuits sur place pour pouvoir explorer les environs. Même si vous ne vous risquez pas à l’ascension phare du Maroc, j’ai nommé, le Toubkal, beaucoup de circuits alternatifs s’offrent à vous.

Jeune garçon marocain dans la vallée de l'Ourika
Jeune garçon croisé sur le chemin de retour des cascades

Le départ de la randonnée se fait au centre du village, et j’ai entendu dire qu’il faut absolument être accompagné·e d’un guide (on se demande pourquoi, hors critères économiques, car l’itinéraire ne présente aucune difficulté et il suffit de suivre la file de touristes).

Tajines en terre cuite dans le village de Setti Fatma
Tajines en terre cuite dans le village de Setti Fatma

On traverse un petit pont entouré de méridiennes posées dans l’eau avec des tables, pour les touristes, et on commence à grimper dans le village. Le long du sentier sont installés des chapelets de petites échoppent qui vendent des tajines, des boissons fraiches et des souvenirs, allant du bijou au tapis en passant par des produits de beauté à l’huile d’argan ou des pierres naturelles.

Boissons fraîches dans la vallée de l'Ourika au Maroc
Le “frigo berbère” dans la vallée de l’Ourika : des boissons qui rafraîchissent sous l’eau du torrent

À mon grand désarroi, les échoppent ne se raréfient pas tout au long du parcours, voire même, elles s’intensifient. C’est une vision particulière de la randonnée nature : elle doit être jalonnée de services pour les touristes. Mais tout ça, en gardant le sens de l’humour. Un commerçant me lance, en me montrant les cannettes de boissons qui prennent le frais sous l’eau du torrent “Frigo berbère !”.

La marche est très facile, surtout si on a pris soin de mettre des chaussures de marche (même basses) plutôt que des tongs, des Birkenstock ou pire, des sandales à talons (vu !). Il faut par endroits passer sur de grands rochers plats qui peuvent être un peu glissants.

Cascade de la rivière Ourika, Maroc
Les cascades rafraîchissantes de la vallée de l’Ourika font baisser la température : prenez un petit coupe-vent !

Les 7 cascades annoncées ne sont en fait que 2 ou trois, les autres étant constituées de chutes intermédiaires pas vraiment impressionnantes.

Mais si on sait extraire son regard des stands de boissons et de la queue de randonneurs, on constate en effet que le lieu est splendide. Les montagnes pelées des alentours abritent des grappes de petits villages berbères à leur pied, villages où les habitants ont encore conservé un mode de vie montagnard ancestral.

Village berbère dans la vallée de l'Ourika, Maroc
Les villages berbères de la vallée de l’Ourika au Maroc sont lovés à flanc de montagnes pelées, encadrés d’un écrin de verdure

La balade dure environ deux heures. Au retour, vous pourrez prendre un jus d’orange pressé à l’une des terrasses “les pieds dans l’eau” avant de regagner la tumultueuse et bruyante Marrakech. Astuce : ne pas hésiter à réserver en amont un petit massage ou un tour au hammam dans votre riad, pour finir la journée en beauté.

Pssst ! Ça vous a plu ? Notez !

/ 5.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

(Visited 205 times, 3 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *