Femme avec chapeau assise sur un tronc d'arbre près de la petite cascade de Sillans
Escapades & Weekends,  Expériences,  France,  Provence-Alpes-Côte d'Azur

Cascade de Sillans : Et si on menait une action anti-pollution ?

La magie des réseaux sociaux est de pouvoir, en l’espace de quelques années, dénaturer complètement des espaces naturels sensibles simplement parce qu’ils ont été épinglés comme “tendance” sur Instagram par quelques hurluberlus inopportuns qui se foutent bien pas mal que cent mille autres énergumènes en quête de likes leur emboîtent le pas pour faire un clone de la photo parfaite. La cascade de Sillans en Provence n’a pas échappé à la règle. 

Oui, c’est un lieu somptueux, où l’extraordinaire turquoise laiteux des vasques semble naturellement photoshopé, où les racines des arbres s’entremêlent à l’air libre créant un décor proche de la mangrove, sous un couvert de végétation dense fait de troncs penchés sur la rivière et d’arbres qui caressent les berges entre les rayons du soleil, vous transportant dans l’exotisme de quelque pays lointain. 

Quand on voit une photo de la cascade de Sillans on ne peut s’empêcher de s’extasier : MAIS OÙ DONC se trouve cette incroyable cascade ? Île de la Réunion ? Polynésie ? Non ! Pas la peine d’aller si loin ! C’est une cascade bien de chez nous, du sud de la France, qui se trouve être localisée dans l’arrière-pays du Var.

Le dépaysement avec tant de beautés naturelles à notre porte, accessible à tous et gratuit, ça me foutrait presque la larme à l’œil si ce n’est que la réalité est autrement moins glamour.

Car oui, tout ceci est en sursis. 

La cascade de Sillans victime de son succès

À mon corps défendant, sachez que je fais moi aussi partie des gens qui sont titillés par les sites magnifiques que l’on voit défiler sur Instagram.

Amoureuse de paysages rares, évidemment, la cascade de Sillans et son cadre exotique hors normes a attiré mon attention, d’autant que j’habite à quelques encablures et que ça pouvait représenter une destination toute trouvée d’escapade le temps d’un weekend.

Je suis donc partie la fleur au fusil… pour revenir la boule au ventre face à un tel désastre écologique.

La cascade de Sillans et son extraordinnaire eau bleue, dans un vériable décor tropical
La cascade de Sillans et son extraordinnaire eau bleue, dans un vériable décor tropical. Source: Wikimedia Commons

Nous sommes le premier weekend de Septembre, il fait un temps radieux. Le soleil est encore haut dans le ciel de l’après-midi quand on arrive sur le parking des remparts, devant le petit village de Sillans-la-Cascade. 

Sans surprise, le parking est bondé. On ne s’attendait pas à le trouver désert, mais on a beau s’y être préparé, la foule fait toujours un drôle d’effet. On arrive à garer le camion in-extremis sur un rebord de fossé précaire au nez et à la barbe d’un couple de retraités qui visaient la même place pour leur camping-car. Pas de quartier. Chacun pour soi (et la cascade pour tous) !

Petit village de provence verte avec maisons en pierre et champs d'herbe au premier plan
La Provence Verte et ses petits villages (Source : Pikist)

Il faut quand même que je vous parle un peu de la Provence Verte, le berceau de Sillans-la-Cacade. 

La Provence Verte est un petit joyau à mettre sur votre liste des plus beaux sites de France, sachez-le (mais ne le dites pas trop fort). Pas la Provence de Valensole et des champs de Lavande (qui est aussi magnifique mais là n’est pas la question). Celle qui est un peu plus bas, un peu moins courue, mais absolument ravissante. La Provence Verte une région parfaite pour se mettre au vert, pratiquer la petite randonnée et visiter de sublimes villages provençaux. 

À l’Est, le Parc Naturel Régional du Verdon et ses gorges, dont le lac de Sainte-Croix semble avoir légué à la Bresque de Sillans-la-Cascade sa couleur splendide turquoise (une couleur qui vient des fonds argileux qu’on retrouve dans le Verdon). À l’Ouest, le Lubéron, où l’on retrouve aussi des concrétions ocres. 

Ce sont notamment les falaises calcaires de tuf et les villages perchés du Haut-Var qui donnent à l’arrière-pays sa beauté unique, et qui délimitent les espaces naturels protégés. 

Plus au sud, au-dessus de Brignoles, coule l’Argens, une rivière intimiste et sauvage qui est aujourd’hui mon coup de cœur absolu en Provence pour une balade en canoë.

Femme se tenant debout sur un rocher devant la deuxième cascade de Sillans
[VERSION INSTAGRAM] La deuxième cascade de Sillans, déserte et confidentielle…

Comme beaucoup de sites victimes de leur succès, Sillans-la-Cascade (et particulièrement en cet été de crise sanitaire où les Français ont eu le grand plaisir de redécouvrir la France, leur beau pays) a été prise d’assaut ces dernières années. À tel point que la mairie a été prise de court. “On est passés d’environ 1500 visiteurs par jour en été à presque de 10000 cette année” me raconte une villageoise, dépassée par les événements. 

“Au mois d’août à midi, les plantations d’oliviers qui se trouvent devant le parking avaient des airs de Woodstock”, continue-t-elle. “Couvertures, jeux, tables et chaises, les touristes ont pris ce terrain agricole pour une aire de pique-nique”. Conséquence directe : les exploitants ont placé des barrières et des banderoles pour que les visiteurs ne se promènent pas au milieu des arbres.

Baignade dans la Bresque à Sillans-la-Cascade
[VERSION INSTAGRAM] Quand la Bresque se transforme en piscines naturelles…

Un espace naturel protégé classé Natura 2000

Une fois sortis du parking en nous faufilant entre les voitures, on se rend compte que le balisage discret laisse pantois plus d’un touriste en tongs. 

Nous optons pour la promenade côté Sud, qui longe la rivière, plutôt que de commencer par le chemin du Belvédère. On trace tout droit en suivant le chemin à travers le champ d’oliviers puis on bifurque à droite à angle droit. La Provence vient chanter à nos oreilles alors que le vent caresse les feuilles argentées sous un ciel bleu acier.

Champ d'oliviers et église de Sillans-la-Cascade au loin
Les champs d’oliviers de Sillans-la-Cascade, protégés par des barrières et au loin, l’église du village

Pour l’instant (mais les choses risquent de changer dans les années à venir), il est encore possible d’accéder aux berges de la Bresque, la rivière qui coule au pied de la cascade, depuis le parking de Sillans-la-Cascade par un sentier qui descend à travers la forêt. 

Cet itinéraire n’a pas encore été aménagé (c’est en projet) et le balisage n’est pas optimal (un bien ou un mal ?). Sur place, il n’est pas rare de croiser des promeneurs hagards à la recherche du chemin de la cascade, leurs affaires de baignade sous le bras. 

Le sentier disparaît bientôt dans la forêt de chênes verts. Là, une bifurcation mène vers des marches cimentées qui descendent au bord de la Bresque.

La rivière La Bresque, à Sillans-la-Cadcade, avec son eau turquoise laiteuse
La Bresque se pare d’un bleu turquoise opaque irréel qui rappelle celui des lacs glaciaires

Il faut dire que la Cascade de Sillans tient toutes ses promesses car elle est aussi splendide en photo qu’en vrai. La végétation luxuriante qui l’entoure, les roches de tuf ocre, son lagon turquoise et le bleu de la rivière, en font sans aucun doute l’une des plus belles cascades de France. 

Quand on descend sur le chemin qui longe le cours d’eau, on pèse le poids de cette biodiversité extraordinaire sur ce site naturel sensible classé Natura 2000 depuis 2011 (vous le verrez écrit partout sur les panneaux).

Racines aériennes d'un arbre au bord de la Besque, à la cascade de Sillans
Témoignage d’un écosystème exceptionnel, ces racines aériennes sur fond de rivière bleue

Car oui, le site de Sillans-la-Cascade présente une diversité de milieux exceptionnelle : aux abords du village, une prairie sèche avec des plantations d’oliviers, qui se transforme en prairie humide où paissent les moutons, puis la forêt de chênes et chênes verts, et enfin, la ripisylve (ce mot barbare désigne la forêt au bord d’un cours d’eau) sur les berges de la Bresque, avec son couvert de hêtres et de peupliers. 

Lianes et troncs enchevêtrés au bord de la Besque à Sillans-la-Cascade
Lianes et troncs enchevêtrés au bord de la Besque à Sillans-la-Cascade

Des habitats de choix, donc, pour la faune et la flore locale qui comptent chauve-souris, libellules, oiseaux lacustres, variétés d’orchidées, et j’en passe. 

Une protection difficile menacée par la surfréquentation du site

Ne nous méprenons pas : face au succès grandissant de la cascade de Sillans, la commune et le Département du Var ont fait leur possible pour protéger le site, en plaçant des panneaux de signalisation, des barrières et des éco-gardes un peu partout (si vous vous risquez à escalader les grillages, un éco-garde peut donc bien surgir des fourrés et vous verbaliser), et ont interdit l’accès à la baignade au pied de la cascade. 

La raison : les falaises ocres de tuf de travertin (une roche sédimentaire calcaire) sont friables, et avec l’augmentation de la fréquentation du site, les risques d’éboulements et de chutes de pierres ont été fortement accrus, rendant l’accès au lagon carrément dangereux. 

La grande cascade de Sillans
La grande cascade de Sillans dans son écrin de tuf ocre et de verdure, avec sa vasque turquoise à son pied

Une promenade encadrée a été aménagée le long d’un chemin sécurisé pour pouvoir accéder à la cascade depuis un belvédère, mais vous vous en doutez, sur place, bien peu de monde respecte les consignes. Les incivilités se multiplient, les barrières sont contournées (voire carrément saccagées) au nom de la sacro-sainte photo instagrammable, et les touristes continuent à se baigner dans les eaux turquoises de la vasque au pied de la cascade au risque de se prendre un bloc de tuf sur le coin de la courge. 

La fréquentation touristique à Sillans-la-Cascade est composée, selon les études, à 50% de familles avec enfants. Autrefois local, le tourisme devient de plus en plus international (la faute à Instagram). En 2020, on dépasserait largement les 200 000 visiteurs à l’année. 

Femme en maillot de bain au bord de la petite cascade de Sillans
[VERSION INSTAGRAM] Seule au monde dans un paradis perdu, voilà ce que promet le décor somptueux de l’intimiste petite cascade de Sillans…
Baigneurs au bord de la Bresque, Cascade de Sillans
[VERSION RÉALITÉ] Les berges parsemées de baigneurs tous les 10 mètres

L’enjeu est de taille pour le Département du Var, propriétaire des lieux : comment continuer à concilier l’accès de tous à ce coin de nature sublime et en maîtriser la fréquentation pour le protéger ? 

Au vu du nombre de voitures garées sur les parkings du village (notamment le Parking des Remparts, d’où part la promenade pour accéder à la Bresque), les prix assaisonnés (0,50€ les 15 minutes) n’ont pas l’air de rebuter les visiteurs.

Le contournement des obstacles placés par le Département pour atteindre la cascade et pour se baigner au bord de la Bresque a conduit au piétinement des berges, à la création de sentes sauvages au milieu des arbres, à la pollution des eaux de la rivière et de ses abords avec des déchets disséminés çà et là dans la végétation. 

Ramasser les déchets : une goutte d’eau fait de grandes rivières

Les marches de ciment ont laissé place à un sentier argileux un peu glissant qui se faufile à travers les racines aériennes. Il fait chaud, il fait moite. On se croirait bel et bien en terre tropicale.

Et puis la rivière apparaît. 

L'eau bleue de la rivière La Besque éclairée d'un rayon de soleil à Sillans-la-cascade
La Besque prend des allures tropicales quand le soleil vient caresser la surface de ses eaux turquoises

Elle forme de petites piscines d’un bleu ciel opaque, comme éclairé des profondeurs, alors que les rayons du soleil joue en surface en se frayant un passage à travers le couvert dense de végétation. Çà et là, de petites cascades glougloutent en bondissant sur des troncs d’arbres tombés.

C’est onirique, si on fait abstraction des dizaines de baigneurs qui plongent en hurlant et des pique-niqueurs qui investissent chaque recoin des 100 premiers mètres de la rive.

Gobelet jeté dans les buissons au bord de la cascade de Sillans
[RÉALITÉ] Un gobelet en polystyrène jeté dans les buissons
Semelle en plastique trouvée au bord de la cascade de Sillans
[RÉALITÉ] Une vieille semelle au milieu des branches au bord de la petite cascade de Sillans

Alors évidemment, quand on croise un sac-poubelle entier jeté sans vergogne aucune dans les buissons (comme si la nature allait l’avaler et le faire disparaître comme par magie), des bouteilles de bière vides ou de vieilles semelles en caoutchouc dans ce petit paradis, ça fait mal au cœur.

Ce weekend-là, nous étions simplement en promenade, mais la vue de tous ces déchets nous a poussés à faire un petit geste, à notre échelle : ramasser tout ce qu’on pouvait le long des berges pendant qu’on y était.

Évidemment, l’action n’étant pas préméditée, on n’avait pas de gants. On a dû s’armer de bâtons de fortune pour récupérer lingettes souillées, bouteilles d’eau, gobelets et autres paquets de chips.

Deux mains sont en train de saisir une lingette souillée avec des bâtons de bois, à Sillans-la-Cascade
[RÉALITÉ] S’armer de bâtons de fortune pour ramasser les lingettes souillées
Repêchage d'un sac-poubelle trouvé dans les buissons à Sillans-la-Cascade
[RÉALITÉ] Récupération d’un sac-poubelle plein dans la végétation en bord de rivière

Au final, après 1 heure de nettoyage, on avait rempli un sac de 40 litres. 

C’est un petit geste, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières. Si chaque personne qui visitait le site, non seulement avait la décence de ramasser ses propres déchets, mais en plus nettoyait le secteur autour de son pique-nique en prélevant 2 ou 3 autres détritus qui trainent, l’impact sur l’écosystème serait plus que positif.

Sac plastique contenant des déchets ramassés près de la cascade de Sillans
[RÉALITÉ] Notre butin du jour : 40 litres de déchets parmi lesquels bouteilles d’eau en plastique, bouteilles de bières, lingettes, masques, cannettes…

Petit guide éco-citoyen lors de votre passage à la cascade de Sillans : 

Panneau de signalisation cascade de Sillans espace naturel sensible
L’un des panneaux de signalisation à Sillans-la-Cascade
  • Prenez un sac-poubelle avec vous. Bon à savoir : aux abords de la cascade et de la rivière, il n’y a pas de poubelles à disposition. Les conteneurs se trouvent tous aux abords des parkings. C’est comme ça que les restes du pique-nique finissent dans les buissons par flemme de les ramener avec soi le long du sentier un peu raide…

  • Ne marchez pas hors du chemin balisé. Les sentes sauvages abîment les habitats naturels et il faut laisser à la nature la respiration nécessaire pour se reconstruire après les mois d’affluence.

  • N’escaladez pas les barrières et les grillages pour accéder à la grande cascade. D’une, vous nuisez à votre sécurité, de deux, vous nuisez au site. Si l’accès est interdit, c’est qu’il y a de bonnes raisons (ce serait triste de devoir en arriver à la fermeture complète du site, non ?).

  • Ne sautez pas du haut de la petite cascade : les falaises de tuf calcaire (le tuf est une roche poreuse et malléable) sont fragiles, soumises à une forte érosion qui s’accentue avec le tourisme de masse. La petite cascade a été victime de tarzans voulant faire le grand saut, et d’énormes morceaux de roche se sont détachés ces dernières années.

  • Ne ramassez pas les roches, ne cueillez pas les fleurs : quand on est prêt à faire un petit geste aussi insignifiant comme jeter un caillou dans l’eau, il faut se représenter ce geste fait plusieurs de milliers de fois par jour. C’est alors la catastrophe.

  • Ne vous tartinez pas de crème solaire à filtres chimiques pour lézarder sur les rochers : comme le précise à très juste titre le blog de Cashpistache, privilégiez autant que faire se peut des crèmes solaires respectueuses de l’environnement, à filtres minéraux ou biodégradables. 

  • Tenez votre toutou en laisse

  • Ne jetez pas vos mégots de cigarettes n’importe où (mieux encore : ne pas fumer sur les lieux)

  • Ne pas bivouaquer sur le site (camping et tentes interdits)

Eau bleu turquoise de la Bresque et rochers affleurants
La magie des couleurs de la Bresque, avec ses rochers affleurants

SILLANS-LA-CASCADE : INFOS PRATIQUES


Temps d’accès au village en voiture depuis : 

  • Marseille : 1h40
  • Nice : 1h45
  • Draguignan : 40 minutes

Plan des sentiers de randonnée 


Cliquez sur les boutons + / – pour zoomer sur la carte
En mauve: le sentier du Belvédère, en rouge, le sentier vers la rivière

Comment accéder à la cascade de Sillans par le belvédère

La cascade de Sillans tombe dans sa vasque bleue d’une hauteur de 44 mètres, ce qui fait d’elle la plus haute des cascades de la région du Haut-Var. 

Pour admirer la vue plongeante sur la cascade via le belvédère, vous pourrez garer votre voiture sur les différents parkings du village (voir carte ci-dessus). Le plus proche pour la promenade qui mène au belvédère est le parking P-plads, place du 8 mai 1945, en face de l’école. 

De là, comptez environ 10 à 15 minutes de marche à vue de nez pour accéder au belvédère.

La balade du belvédère (en bleu sur la carte) est un aller-retour, il vous faudra donc faire demi-tour une fois sur place (et non pas escalader les barrières pour tenter de descendre plus bas, hein).

Comme expliqué plus haut, il est interdit, pour des raisons de sécurité et de protection des écosystèmes, d’accéder au pied de la cascade et de s’y baigner.

Comment accéder aux berges de la Bresque 

Pour accéder aux berges de la Bresque (en rouge sur la carte), il vaut mieux se garer sur le parking des remparts (également appelé “Parking de la cascade”), à l’ouest du village de Sillans-la-Cascade, à gauche de la route quand on arrive de Cotignac.

Longez la route jusqu’à l’Eglise / les conteneurs à poubelles et bifurquez à droite. De là, traversez les champs d’olivier en empruntant le chemin balisé de jaune (ne passez pas au milieu des oliviers, respectez les activités agricoles). 

Au bout de 5 minutes après les oliviers vous accédez à la forêt de chênes verts. Vous traverserez un petit pont avec un ruisseau à sec. Continuez sur le chemin principal jusqu’à arriver à une bifurcation où le chemin descend à gauche vers une mini placette de terre battue (notée sur la carte) avec deux bancs. 

Traversez la placette et continuez par le chemin en escalier de marches cimentées qui part à gauche (un autre chemin de terre part à droite) et commencez à descendre vers la rivière. 

Vous croiserez au passage une buvette improvisée avec une guitoune et 4 chaises en plastique, tenue par des habitants du village qui ont eu le nez creux

Une fois au bord de la Bresque, laissez-vous charmer par ce lieu enchanteur : la rivière rebondit en petits rapides, formant de somptueuses piscines naturelles bleu clair entre les rochers où l’on peut se baigner.

L’eau est froide cependant : même en plein mois d’août, elle ne dépasse pas les 15°C. La baignade est donc plutôt fugace, sauf pour les plus courageux. A noter : il y avait des questions de qualité de l’eau ces dernières années qui semblent résolues avec l’installation de la nouvelle station d’épuration en amont de la cascade.

Si vous visitez le site en pleine saison (juillet-août), préparez-vous psychologiquement : la magie du paysage sera quelque peu gâchée par le nombre très important de visiteurs.

Comment accéder à la deuxième cascade

Ce n’est plus un secret pour personne, il y a à Sillans deux cascades, et la deuxième cascade tout aussi photogénique que la première. Pour y accéder toutefois, le sentier est ardu.

Une fois au bord de l’eau, il faut emprunter le chemin longe qui la Bresque, comme indiqué sur la carte. Attention : ce sentier est difficilement praticable. N’y allez pas en tongs ou en tatanes (ou pire, comme on a vu : pieds nus), prenez des baskets qui tiennent bien le pied : l’argile humide, les entrelacs de racines mises à nues par les incessants passages et les pierres glissantes sont très casse-gueule. 

Bon à savoir aussi : le sentier après les 100 premiers mètres le long de la rivière devient assez raide, et la descente notamment pour accéder à la petite cascade n’est pas du tout appropriée pour des enfants de moins de 5 ans.

Le village de Sillans-la-Cascade : où manger, où dormir

Visiter le village

Alors oui, la cascade attire à elle tous les regards, telle Dalida dans sa plus belle robe de scène, cependant, le village de Sillans-la-Cascade est adorable et mérite qu’on s’y arrête. 

C’est un petit village médiéval, blotti derrière ses remparts autour de son château, qui égrène au fil de sa Grande Rue et de sa Rue du Porche boutiques d’artisans, de bijoux, de souvenirs, une poignée de restaurants et autres vendeurs de glace pour une pause fraîcheur bien méritée.

À noter : en matière de joli petit village de Provence, j’ai beaucoup aimé Cotignac avec ses tourelles perchées et sa vie de village plus authentique (son marché, ses ruelles en pente, ses restos sur la place, et son sacro-saint boulodrome). 

Où manger ? Restaurants et guinguettes

Côté restaurants, j’ai évoqué plus haut que ça ne se bouscule pas au portillon. Vous pourrez tenter : 

  • La Gaudinette : planches, burgers, salades avec des produits maison et glaces artisanales des Alpes en prime, ambiance guinguette en terrasse.
  • Le Grand Chêne : plus sélect, cuisine locale de terroir viandes et poissons, pizzas à 15€, plats autour de 18€. Les avis sur Tripadvisor sont assez inégaux cependant.
  • Les Pins : originalité des plats et standing, prix des menus entre 28 et 55€, un menu midi à 20€, cuisine sophistiquée tendance gastronomique.

Sinon, possibilité de vous excentrer à Cotignac à 10 minutes de là, avec une place du village sympa et un peu plus de choix pour le soir (ce qu’on a fait nous).

Où dormir ? Hôtels, chambres d’hôtes, campings et aires de camping-car

Pour l’hébergement, les hôtels ne sont pas légion non plus, mais si l’offre s’élargit si l’on s’éloigne dans les villages des alentours. À Sillans-la-Cascade même, l’Auberge du Grand Chêne et le restaurant Les pins font aussi hôtel et proposent tous les 2 des chambres autour de 60 euros la nuit. 

Côté chambres d’hôtes, le Longo Maï a l’air super sympa avec un jardin et une véranda splendides, tarifs autour de 100 euros la nuit, et avis élogieux sur Booking. Encore une fois, pour trouver de petites perles en matières de chambres d’hôtes, ne pas hésiter à rayonner autour de Sillans.

Pour ceux qui optent pour le camping, vous avez le camping Le Relais de la Bresque sur les hauteurs de Sillans-la-Cascade qui s’enorgueillit d’une piscine, et d’où l’on peut accéder aux cascades à pied en 20 minutes. Un peu plus loin et en plus rustique, le camping municipal Les Pouverels à Cotignac offre plusieurs emplacements ombragés.

Pour les vans et camping-cars, il y a une aire gratuite de stationnement à Salernes, à environ 10 minutes de Sillans-la-Cascade. Depuis Sillans, prendre à l’est en direction de Draguignan, route D560. 

Stationnement des camping-cars à Sillans-la-Cascade : j’ai vérifié en appelant le Point Info Tourisme de Sillans, les parkings sont payants jusqu’à 19h mais rien n’empêche (à priori, donc, ce n’est pas interdit, mais vous comprendrez bien que je n’ai pas eu d’accord écrit) de stationner la nuit sur le parking des remparts avec son camping-car, sachant que la facturation du parking reprend à 9h.

Rappel du tarif des parkings : 30 minutes gratuites puis 0,50€/15 minutes soit 9 euros les 5h, de 9h à 19h

Informations diverses

  • Point Info Tourisme de Sillans-la-Cascade : 04 94 60 34 90
  • Mairie de Sillans : 04 94 04 63 04

Épinglez cet article !

Cover Pinterest Cascade de Sillans

Pssst ! Ça vous a plu ? Notez !

/ 5.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

(Visited 158 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *